• Attente...





    Longues traversées du désert inscrites dans sa chair...
    Usure jusqu'à  l'os.
    Pèlerinage au bout de la soif.
     
    « Le chant des vagues...Un poème pour ... »

  • Commentaires

    1
    Samedi 28 Mars 2009 à 12:00
    La nature est elle aussi une artiste dont peu de gens admire l'oeuvre, et c'est bien dommage. Bisous, Syl
    2
    Dimanche 29 Mars 2009 à 13:00
    La nature montre ses plaies et ses os... En attente de convalescence ?... Ou bien sont-ce des meurtrissures à jamais... Magnifiques photos, bravo... Amitiés.
    3
    Dimanche 29 Mars 2009 à 13:00
    ...le veilleur... (bien vu, Jackie!) Amitiés, Maëlle.
    4
    Mardi 31 Mars 2009 à 12:00
    J'ai découvert l'Aubrac en faisant la partie du chemin de Compostelle qui le traverse. C'était au printemps. Quand je passe ici (ou sur ton autre blog), je retrouve chaque fois la sensation d'une beauté sauvage qui me prend à la gorge et me serre le coeur tellement elle est intense, comme si mon corps était trop petit pour la contenir. A part la Bretagne, je crois qu'aucun autre endroit du monde ne m'a jamais "rencontrée" de cette façon...
    5
    Samedi 4 Avril 2009 à 12:00
    Magnifique blog! Bravo! Continuez!
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :