• Que nos coeurs...

     

     

     

     

    Et que nos coeurs chaque jour s'ouvrent
    à la fraîcheur et à l'éclat des coquelicots.

    A ces fragiles taches rouges, à ces larmes de vie
    que personne ne provoque
    et qui viennent pourtant, imprévisibles,
    au beau milieu des champs, au beau milieu des jours,
    de nos jours.

    " Pourquoi meurent-ils, les coquelicots ?
    D'où viennent-elles, ces buées rouges
    qui ne supportent pas d'être déportées
    hors du sol où elles sont montées
    comme un exhalaison, comme un soupir ? "

    Si nous le savions, alors nous saurions
    comment ne pas mourir  même de mort intermittente.
    Si nous le savions, nous saurions tout.
                                      

    Christian Bobin

     

     

     

    295 (4)

     

     

     

     

    395 (2)

     

     

     

     

     

    195

     

     

     

     

     

    232

     

     

     

     

     

     

     

     
    « Lumière d'hiver...Couleur bois... »

  • Commentaires

    1
    kas
    Jeudi 31 Janvier 2013 à 12:00
    rêve...intemporel
    2
    Jeudi 31 Janvier 2013 à 12:00
    Bonsoir, belles photos accompagnées de beaux texte. Amitiés
    3
    LUZIFER
    Jeudi 31 Janvier 2013 à 12:00
    Beau poème magnifiquement illustré !
    4
    Jeudi 31 Janvier 2013 à 12:00
    J'aime tant les voir frissonner dans les épis de blé ; merci Jackie :)
    5
    Vendredi 1er Février 2013 à 12:00
    Elles sont ..."errantes au regard plein d'amour" ! Ce texte, ta musique et les émotions de ton regard me font .......frissonner toute entière ! Chez toi, justement, nous devenons ...un peu plus errants, et notre regard se pare d'un peu plus d'étoiles à chaque pas : sabine.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :